TOUT, TOUT, TOUT, JE VOUS DIS TOUT SUR MON GENOU !


Hello tout le monde,

 

ça fait longtemps par ici mais je reviens avec un article qui j’espère, pourra aider plus d’un sportif.

Ca a commencé fin novembre. Lors d’un entraînement, je sens une petite gêne au genou, sur la partie externe droite pour être précise. Rien de bien douloureux, mais suffisamment pour que je le sente à chaque foulée.
Je ne m’inquiète pas outre mesure, je décide de ne pas courir le lendemain et de voir comment se passera l’entraînement prochain.

Malheureusement, la seule journée de repos n’a pas été miraculeuse (ça se saurait mais je suis une interpelle optimiste !) et à nouveau, lors de l’entraînement,, je ressens cette même gêne. A tel point que je décide de ne pas effectuer la séance de fractionné prévue sur la piste (aïe). En effet, lorsque j’accélère et que « j’aggrandis » ma foulée, la gêne se transforme petit à petit en une vraie douleur.

En rentrant chez moi, je glace et j’appelle une très bonne amie kiné (Flo, si tu passes par ici 😉 )

Aux symptômes que je lui décris, elle me dit qu’il s’agit peut être du fameux syndrome -très connu dans le milieu de la course à pieds- de l’essuie glace (ou encore syndrome FSL, du fascia lata). Elle me masse directement avec de l’argile, argile que j’applique en cataplasme chaque soir et que je laisse poser toute la nuit (attention aux draps, je conseille d’enrouler l’argile de papier « film alimentaire » en quantité suffisante et surtout de le faire vraiment au moment de se coucher, n’imaginez pas marcher longtemps avec ce cataplasme sur le genou).

Elle me conseille quelques étirements vraiment spécifiques à cette douleur que je dois effectuer plusieurs fois par jour. Elle me conseille notamment – et surtout – du repos ! Du moins, en course à pieds. Ce que je fais, difficilement mais je respecte. Heureusement, j’essaie le vélo et l’éliptique et je n’ai aucune douleur lorsque je pédale. Ca m’accompagnera le temps que je sois remise. Au bout d’une semaine de soin, je tente un footing très léger mais sans succès, je dois m’arrêter au bout de deux kilomètres car la douleur resurgit.

J’ai également la chance de connaître une super ostéopathe qui m’a aussi bien aidée pendant cette période. Elle m’examine et le verdict tombe : j’ai le bassin déplacé, ce qui est très courant en course à pieds, notamment à cause des impacts. De ce fait, cela doit tirer sur les muscles entre le bassin et le genou. A la fin de la première séance, je sens la douleur s’atténuer.

La même semaine, je consulte un médecin du sport (j’ai vraiment mis le paquet !) qui confirme ce diagnostic de tendinite du fascia lata. Après un examen approfondi, il ne détecte rien  «  d’anormal » sur le plan mécanique. J’ai également apporté mes baskets qui sont en bon état. Il pense que la douleur est probablement dûe à un entraînement un peu plus poussé ces derniers temps et à ce problème de bassin.

La saison des cross battant son plein, je lui demande si je peux participer aux régionaux qui ont lieu le dimanche. Il n’y voit pas d’inconvénients mais demande tout de même que j’aille le voir avant de courir (par chance, c’est le médecin qui sera présent lors de la compétition).

Le jour du cross, je vais donc à sa rencontre et il m’oriente vers le podologue du staff médical qui m’examine. A nouveau, il ne décèle rien d’anormal du tout. Mes baskets sont en bon état et adaptées à mon pied. Me voilà rassurée pour la course … qui se passe plutôt bien ! Pas de douleur, des sensations correctes, me voilà de retour …

Cet enthousiasme aura été de courte durée car, à froid, la douleur réapparaît de façon assez franche. Aïe, je suis déconfite ! Le moral en prend un coup. Entre le moment où la douleur est apparue et le cross, il y a deux mois qui se sont écoulés… C’est long !

Je retourne chez mon amie ostéopathe qui voulait me voir une deuxième fois. A nouveau, mon bassin a bougé légèrement. Elle regarde mon genou de plus près et sent en effet que le tendon est gonflé. Elle masse en profondeur, ça fait un bien fou ! Je sors de son cabinet sans douleur à la marche, avec l’envie d’aller vite tester si la douleur a disparu mais avec ses recommandations qui résonnent dans ma tête : « mets toi au repos total pendant au moins une semaine, et tu pourras reprendre tout doucement ». Une fois n’est pas coutume, je décide de jouer le jeu et j’obéis. Et elle a raison ! Au bout de quelques jours, de massages, glaçages, étirements, aucune gêne, aucune douleur lors du footing test !!!! Oh joie ! Bonheur ! Bien sûr, je commence par de simples footing, plutôt courts et légers mais tout va plutôt très bien !

En résumé, j’ai du arrêter la course à pieds pendant environ deux mois et demi, mais pas le sport complètement puisque je pouvais pédaler, faire du renforcement musculaire et faire de l’élliptique en salle. Je pense m’en être vraiment bien sortie, car une tendinite n’est jamais simple à guérir.

Les conseils que je peux vous donner si cela vous arrive :

  • aller consulter un médecin du sport au plus vite !!! Du moins, dès que la simple gêne se transforme en douleur au bout de plusieurs entraînements. Rien ne vaut l’avis d’un médecin spécialiste qui ne se contentera pas de dire : mettez-vous-au-repos-et-tout-ira-bien-mieux !
  • glacer plusieurs fois par jour, cela ne peut pas vous faire de mal et en plus c’est gratuit ! Moi, j’ai investi dans les poches de gel que l’on trouve en pharmacie qui peuvent à la fois refroidir ou chauffer.
  • étirez-vous plusieurs fois par jour également, il faut que vous sentiez que l’étirement est efficace. Je veux dire qu’il étire vraiment la zone concernée.
  • arrêtez le sport qui vous cause la douleur, mais n’arrêtez pas le sport complètement (à moins que ce soit ce que vous conseille votre médecin). Si le vélo ou la natation ne vous font pas mal, je ne vois pas l’intérêt de ne pas profiter de cet arrêt un peu forcé pour faire autre chose et continuer à s’entretenir musculairement. 

J’espère que cet article aura pu en aider certains. N’hésitez pas à me poser des questions si vous voulez en savoir davantage 🙂 Vous pouvez également suivre mes péripéties sur instagram @runessence !

Des bisous 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *