Test : Freeletics 3


Hello

freeletics-programme-gratuit1

il y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion de tester l’application Freeletics, qui se propage comme une traînée de poudre sur Facebook et les autres réseaux sociaux.

J’ai profité du fait que ma super copine Déborah l’avait pour faire quelques entraînements avec elle (vous remarquerez que ce n’est pas au goût de tout le monde, Lily-Rose est là pour en attester !)

IMG_2139

IMG_2263

Alors verdict ?

Fonctionnement

Il suffit de télécharger l’application gratuite. Jusque là, rien de bien compliqué. Sauf qu’il faut très vite y mettre un peu de son porte-monnaie pour avoir accès à des entraînements complets et bénéficier du « coach » ou encore « au guide de nutrition ». Faut bien se faire de l’argent quelque part me direz-vous.

Concrètement, si vous n’investissez pas dans la version premium avec le coach, vous aurez bien vite fait le tour.

La catégorie Entraînement

Dans la fonction workouts, on retrouve toute une liste d’entrainements bien spécifiques, avec des noms de personnage issu de la mythologie grecque. Aphrodite, Poséidon, Zeus et j’en passe. Il y a possibilité de réaliser ces entraînements sous trois formes:

  • Endurance : l’accent est mis sur l’endurance cardio-vasculaire avec des exercices peu complexes qui permettent de s’entraîner avec des répétitions plus nombreuses que les autres modes
  • Standard : il s’agit là des versions « ordinaires » des exercices, tels qu’on peut les connaître : Squats, Burpees, Situps, Lunges (appelés aussi fentes), Jumps, Pullups (tractions), Pushups (pompes), Climbers (ou encore grimpeurs)…
  • Force : les exercices de cette catégorie incluent des mouvements plus complexes et mettent au défi la force musculaire pure. Ces exercices ne sont pas accessibles par tous dans les premiers temps.

Lorsqu’on a sélectionné son entraînement, l’application nous donne plusieurs informations:

  • la récompense : le nombre de points gagnés après avoir réalisé l’entraînement
  • l’équipement nécessaire (au mieux rien, au pire une barre de traction, un mur et de l’espace pour courir)
  • le volume d’entrainement, c’est à dire combien de fois on va souhaiter faire le workout
  • le classement des personnes que l’on suit avec leur temps de référence (leur meilleur temps appelé aussi Personal Best ou encore PB)

Chaque WO (workout pour les intimes et entraînement pour les non-bilingues) est constitué d’une ou plusieurs série(s) d’exerices (avec des répétitions plus ou moins nombreuses, certains WO comportent des exercices avec 300 répétitions à la suite!!).

Atlas

Juste avant de commencer le workout, vous pouvez visualiser les exercices qui vous attendent. Vous voyez également votre Personal Best si vous avez déjà réalisé cet entraînement. Lorsque vous commencez le WO, votre temps défile sur la même « barre » que lors de votre PB, ce qui permet de voir si vous gagnez du temps ou si vous en perdez… Quand vous en gagnez, vous êtes boostés mais quel horreur quand vous voyez que vous faites moins bien que ce temps !!! Mais vous pouvez éviter cela en appuyant sur le bouton en haut à droite, et vous verrez simplement les exercices à réaliser, comme si c’était la première fois que vous faisiez ce workout !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour chaque exercice est disponible une vidéo (moins d’une minute) pour vous permettre de visualiser le mouvement à réaliser, de savoir quelles positions tenir avec des indications précises afin de pouvoir réaliser l’exercice correctement.

Screenshot_2016-02-21-14-01-05Screenshot_2016-02-21-14-03-01Screenshot_2016-02-21-14-04-04

 

 

 

Dans la partie exercices, on retrouve un listing de tous les exercices de musculation utilisés par Freeletics. En sachant que chaque exercice est décliné en trois niveaux de difficulté, déjà cités ci-dessus : endurance, standard et force. A titre d’exemple, les fameux squats que tout le monde connait sont déclinés comme suit :

  • pour la version Endurance ce sont les HH Squats (les paumes de mains touchent les cuisses pour s’aider)
  • en Standard, il s’agit de Squats ordinaires, avec les bras qui ne touchent pas le corps
  • en mode Force, ce sont des Pistols, les squats sur une jambe !

Attention, vous allez en baver notamment avec les fameux Burpees (beurk), pas sûre que vous deveniez copains (vous serez peut-être tentés de faire des Sprawls en pensant que cela sera moins difficile mais ils nous mettent le cardio à rude épreuve … et les Burpees Squat Jumps, n’en parlons pas!).

Il y a également une section Running pour les amateurs de course à pieds.

On sélectionne ici la distance que l’on souhaite faire, ou simplement un free run. L’application nous affiche alors un écran avec le GPS et un bouton pour commencer la course. Il est bon de savoir que le GPS n’est pas le plus fiable qui soit.

Freeletics a sorti en parallèle une nouvelle application axée uniquement sur le running avec des noms de dieux égyptiens cette fois-ci et une place pour des entraînements de type fractionné (en plus de la course longue). Cela fera l’objet d’un article un peu plus tard.

Le mode coach

Disponible uniquement pour la version premium, le mode coach va vous aider et vous motiver.

Tout d’abord, au lancement de cette fonctionnalité, on règle ses paramètres personnels, taille, poids, sexe, niveau d’activités physiques. Sans plus attendre, le coach nous met déjà au boulot pour évaluer notre niveau.

Puis nous devons indiquer le nombre d’entraînements que nous souhaitons pour la semaine qui arrive (entre deux et cinq) mais également notre mode d’entraînement :

  • Cardio : les WO proposés seront le plus souvent des entraînements de type Endurance et Standard, très peu en mode Force
  • Force : à l’inverse, très peu de WO d’Endurance proposés
  • Cardio & Force : un mix des modes d’entraînements (Endurance, Standard, Force).
  • Si vous avez une douleur dans une partie de votre corps et que vous préférez laisser au repos ces muscles, vous pouvez définir des limites physiques (que vous pouvez adapter d’une semaine à l’autre), les workouts qui vous seront proposés exclueront les entraînements utilisant ces muscles afin d’éviter les blessures.

A la suite de ça, le coach vous élabore un plan d’entraînement élaboré pour une semaine avec un (ou plusieurs) workout(s) par jour et/ou des exercices spécifiques avec un nombre de répétitions entre 10, 25, 50 ou 100.

Les WO sont classés selon des jours d’entraînement (Jour 1 – Jour 2 … et non des jours spécifiques de la semaine, vous positionnez vous-même vos entraînements dans la semaine). Cependant, ceux-ci sont proposés dans un ordre spécifique et réfléchi. Je ne saurais vous conseiller que de respecter cet ordre, non qu’en les réalisant dans un ordre inverse cela ne nous fera pas progresser mais je pense sincérement que les résultats sont plus rapides si l’on réalise les WO selon les jours proposés.

Avant de commencer un workout, le coach nous propose un « Dynamic Warmup » (un échauffement quoi!) avec la description des exercices et le nombre de répétitions.

A la fin de chaque WO ou exercice, vous indiquez votre ressenti (Feedback) :

_20160221_151258

  • comment était votre entraînement : il suffit de déplacer le curseur sur la jauge (allant de « Facile » à « Maximal)
  • et de répondre à la question : comment l’avez-vous trouvé (Je peux en faire beaucoup plus, je peux en faire bien plus, je peux en faire plus, c’était ok, c’était trop, c’était vraiment trop).

 

 

 

Il est toujours possible dans un entraînement, si celui-ci devient trop difficile, de réaliser les entraînements alternatifs (si vous êtes avec des exercices de type Standard, de les faire en Endurance ; si vous êtes en Force, de les réaliser en Standard ou Endurance). L’objectif reste toujours de faire le plus de répétitions du mouvement demandé et de faire mieux la fois prochaine, parfois il faut beaucoup de temps et d’entraînement pour réussir à réaliser un exercice.

A la validation de l’entraînement, vous pouvez voir :

  • votre temps total mis pour le réaliser
  • si vous avez fait un meilleur temps (si vous l’aviez déjà fait auparavant)
  • le temps que vous avez mis pour chaque série d’exercices (s’il s’agit d’un WO)
  • le nombre de points gagnés : des points pour avoir terminé le workout auxquels peuvent s’ajouter des points si vous avez réalisé un Personal Best (variable selon les WO) mais également des points si vous vous êtes attribué l’étoile.

De la même manière que le « Dynamic Warmup » vient à la fin de la session réalisée le « Static Stretching » (les étirements, à ne pas négliger!).

Certains entraînements nécessitent de sortir de chez soi lorsqu’il faut réaliser des runs (qui peuvent être de 20m, 40m, 400m, 1km ou 2km). Cependant, si vous n’avez pas la possibilité de sortir de chez vous (ou que vous n’en avez pas envie, si si des fois ça arrive!), il est possible de passer son entraînement en mode « 2×2 » et les exercices avec de la distance sont remplacés par d’autres exercices (on n’est pas forcément gagnant je vous le dis !). Généralement cela nous fait gagner moins de points et il ne faut pas oublier que les workouts de base restent tout de même les plus efficaces.

L’avantage c’est qu’on peut s’entraîner quand on veut et où on veut.

Compétences avancées

Certains exercices ne font pas partie des entraînements de base proposés par le coach, ce sont des exercices qui demandent une maîtrise spécifique et qui ne sont pas accessible au commun des mortels : les Strict HS Pushups (pompes debout contre un mur), les Pistols (squats à une jambe), les OH Pushups (pompes sur une main) … Dés que vous « maîtrisez » (ou que vous vous sentez capable d’en faire un peu !) une technique d’un mouvement spécifique, vous pouvez dévérouiller la compétence. De cette manière, le coach pourra l’intégrer dans le plan d’entraînement. Le coach ne proposera pas de WO avec des tractions si vous n’avez pas dévérouillé la compétence.

Hell Days / Hell Week

Lorsque vous arrivez dans votre septième semaine, vous allez être dans ce que l’on appelle les « Hells Days », vous n’aurez pas le choix pour le nombre de jour d’entraînement qui sera automatiquement fixé à trois. Pendant ces trois « jours de l’enfer », le coach vous donnera de deux à trois séances d’entraînement (workout et/ou exercices) à faire par jour. Il n’est pas obligatoire de les faire à ma suite mais il faut tous les faire dans la même journée. Il est conseillé de prendre un jour de repos après chaque Hell Day pour permettre au corps de récupérer.

Quand vous arriverez à votre quinzième semaine, vous aurez la « chance » de vivre votre première Hell Week ! Celle-ci se compose de sept jours d’entraînement à la suite (avec un ou plusieurs workouts/exercices par jour vous l’avez bien compris !). Comme pour les Hell Days, il n’est pas obligatoire de réaliser les WO tous à la suite. Cette « semaine de l’enfer » met le corps à rude épreuve et à la fin de la semaine il est normal de terminer sur un véritable épuisement. Mais une Hell Week nous rend plus fort, que ce soit physiquement ou mentalement, soyez-en sur !

L’objectif est de toujours battre ses PBs, ce n’est pas toujours possible, on est parfois déçu de nos performances, on s’attend parfois à faire mieux, c’est un combat de chaque jour d’entraînement, de chaque semaine. Puis certaines fois il y a les bonnes surprises, comme lorsque cela fait longtemps que l’on n’a pas fait un WO et que l’on gagne du temps, que l’on est moins essouflé, que l’on a moins de mal a exécuter les mouvements, et c’est là qu’on se dit qu’on a sacrément progressé et qu’on a parcouru un sacré bout de chemin.

Le Flux sportif

Lorsque vous vous connectez, vous aurez directement accès au flux sportif. Qu’est ce donc ? C’est un espace dans lequel vous trouverez toutes les performances de vos « amis » ou des gens que vous suivez. Ca me fait beaucoup penser à un instagram, c’est vraiment une communauté avec son propre jargon, n’est ce pas les FA ? Ou encore les freeathlètes ? Il y a en plus la possibilité d’annoncer si PB (personal best ou encore record si vous préférez), de publier une jolie photo de vous tout rouge pour prouver que vous avez bien bossé.

Conclusion

Une application sympa, pas très onéreuse (30€ pour 15 semaines, c’est tout de même raisonnable), bien pensée et abordable une fois que l’on est familiarisé avec le langage FA.

Et les résultats ?

Vous avez sans doute vu passer sous vos yeux des photos ou des vidéos de transformations assez remarquables de personnes ayant suivi le programme Freeletics.

Une chose est certaine, les transformations d’une personne à une autre seront différentes.

Le programme étant très cardio (même en choisissant le mode Force, ce sera toujours bien plus cardio qu’une séance de musculation ordinaire vous pouvez me croire!), une chose est certaine : vous allez vous affiner, vous dessiner, perdre de la masse graisseuse et vous transformer petit à petit.

Cependant, je trouve personnellement que les résultats les plus probants sont sur les personnes qui ont besoin de perdre du poids ou de sécher. Selon moi, si vous cherchez à gagner en muscles ou en force, ce programme n’est pas fait pour vous.

 

A suivre, une interview de deux freeathlètes qui déchirent grave !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Test : Freeletics