Etre une fille et … courir seule !


Hello,

Voilà longtemps que j’ai cet article en tête et que je n’ai pas pris le temps de l’écrire avant. A vrai dire, il a commencé à faire son chemin dans ma tête en juin lors d’une conversation un peu animée avec mes collègues de travail. En effet, ils étaient assez alarmistes quand je leur disais qu’il m’arrivait (fréquemment) d’aller courir seule, et même au bois près de chez moi.

Bon, ok, je suis un peu imprudente parfois, mais rien ne m’agace plus que de me « limiter » à cause de risques « supposés ». JE VAIS JUSTE COURIR, ALLO QUOI ! 

FullSizeRender

Ma mère est toujours très inquiète quand elle voit que je m’apprête à aller courir, surtout s’il est un peu tard. Combien de fois ai-je entendu : « quand même Ju, ce n’est pas très prudent, t’es vraiment vraiment vraiment sûre de vouloir y aller ??!! » La bonne réponse que j’ai trouvé avec le temps est : peut-être as-tu envie de m’accompagner ? En général, ça la calme assez vite 🙂

Bon, j’ai envie de dire : la peur n’évite pas le danger. Pour le coup, je n’ai pas peur du tout, au contraire.

L’un des arguments de mes collègues est de dire : « cours en ville au moins, pas au bois ! » Alors, oui, moi je veux bien, mais pour l’avoir fait, c’est là que j’ai rencontré le plus de mecs tarés. Dans le genre, j’ai déjà eu :

  • le coup de klaxon (classique),
  • le sifflement (ringard),
  • les fausses techniques de drague (« je peux vous courir après, Mademoiselle » – nulles mais encore assez courtoises)
  • le fameux « t’es bonne » (mais oui, c’est ça, tu m’as vu ou quoi,  je transpire comme jamais, t’as raison ! – on descend d’un cran dans la courtoisie)
  • le mec qui se met à courir VRAIMENT à côté de toi (il fait quoi lui ?? j’accélère tout de suite ou … ??)

J’avoue que ça reste correct, en tous cas, rien ne m’a jamais inquiété. Je dois dire que j’habite dans un lieu assez protégé qui ne craint pas. Alors, courir en ville, moi je dis oui, quand c’est l’hiver et qu’il fait noir. Imprudente oui, inconsciente, non. Je n’irais quand même jamais courir au bois en plein hiver et dans le noir (je ne suis pas un cas si désespéré que ça, finalement ! maman, si tu me lis, tu seras rassurée !!!)

Au fil du temps, pour rassurer mes proches sans me priver d’un bon footing, j’ai mis en application des choses qui semblent simples mais qui ont leur importance.

Courir avec quelqu’un (pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ?)

Bon, c’est l’idéal, mais j’avoue pas toujours facile à faire si personne sous la main. Moi j’ai essayé avec beaucoup de monde et je pense que j’ai déjà fatigué les gens avant même de leur avoir posé la question ! Plus sérieusement, il me tarde de retrouver ma copine Carole pour nos footing traditionnels.

Courir avec son téléphone

En plus d’enregistrer vos sessions, le téléphone est quand même hyper indispensable et rassurant quand on va courir seul(e). Au delà de penser au pire, c’est à dire agressions, attaques… pensez simplement au cas où vous vous blessez, vous tombez, c’est quand même vraiment utile d’avoir « le coup de fil à un ami ».

Prévenir son entourage

Ca ne coûte rien de prévenir au moins une personne du lieu (même approximatif) où vous allez courir et de la durée moyenne de la sortie.

Courir à des heures raisonnables et à des endroits fréquentés

C’est vrai qu’il vaut mieux quand même éviter les sentiers de forêt le soir vers 21h voire plus tard. De toutes façons, il est préférable de ne pas courir trop tard au risque de ne pas bien dormir !

J’ai l’habitude de courir près d’un étang très fréquenté, je commence même à y avoir mes petites habitudes. Les gens commencent à me « connaître » et sont du coup très gentils avec moi, allant même jusqu’à me donner de l’eau quand j’en manque !

Changer régulièrement d’itinéraire

Runtastic, c’est bien ! Publier son itinéraire sur Facebook, ça l’est nettement moins ! Vaut mieux éviter de le faire et changer assez fréquemment d’itinéraire ! En plus, ça casse la routine !

Rester attentif et vigilant 

Courir en musique, c’est bien et motivant mais peut-être faut-il rester un minimum concentré sur ce qui se passe autour de nous, histoire de ne pas se laisser surprendre. Un écouteur sur les deux semble être un bon compromis, ou ne pas mettre le son trop fort (sauf si c’est une power song allez !!!)

Faire confiance à son instinct

Voilà bien le conseil qui me semble le plus pertinent. Inutile de s’engager sur une route si on ne le « sent pas ». Inutile de continuer à courir vers la direction de personnes qui semblent suspectes. Vaut mieux changer de chemin si quelque chose « cloche ». Il faut se faire confiance avant tout !

N’hésitez pas à partager vos « astuces » quand vous courez seul(e), c’est toujours bon à prendre !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *